Hier, mon mari me demande : "alors, t'as des anecdotes en stock pour ton blog ?"

Argh.

Le problème - mais aussi l'intérêt, quand on tient un blog, c'est qu'il faut quand même se renouveler un peu. Et mes vacances se sont révélées, d'un point de vue "sexisme ordinaire", assez nulles (heureusement, sur tous les autres points, c'était super !)

Je pourrais certes vous raconter toutes les fois où ma grand-mère s'est désolée de n'avoir que des arrière-petits-fils, parce que la dinette qu'elle a amoureusement conservée pendant cinquante ans s'avère donc inutile...

Je pourrais retrouver l'énième article du Monde sur la répartition des tâches domestiques où, pour la énième fois, on voit que (allez positivons), ça évolue très lentement. Je pourrais mettre l'accent sur les réactions des internautes, genre "ben oui mais nous les mecs, on bosse", ou alors "oui mais si les hommes font les tâches domestiques, ils deviennent moins virils et ils se font larguer" (???!!!)

Je pourrais jouer la flemmarde et vous envoyer lire le post de Chofie

En fait, pour tout vous dire, plus fort que le sexisme ordinaire, j'ai été assommée cette semaine par ... le racismo-stupido-inconscienciso ordinaire. Bref, nous voilà avec notre fils dans  la classe des "blancs bons élèves avec super maîtresse", tous les enfants franco-maghrebins sont dans l'autre, avec plus d'enfants en difficulté ou nouveau et une maîtresse à 3/4 temps.
Et le pompon : alors que je disais à certaines mamans que ça me dérangeait, cette absence de mixité socio-culturelle,  une autre a répondu d'un air entendu "oh ben moi, ça ne me dérange pas du tout"....