L'autre jour, je discutais d'un bouquin (Erik L'Homme, Phaenomen) avec une collègue qui me disait : "oui, j'ai bien aimé. Au début, j'ai eu un peu peur parce que bon, deux filles, deux garçons, ça faisait un peu tout le monde est content"

Conclusion :
- déséquilibre garçon/fille : ça râle
- équilibre garçon/fille : ça râle

Euh, vu le déséquilibre entre héros et héroïnes en littérature jeunesse, un peu plus d'équilibre, même pour plaire, ça ne serait pas mal...
Je ne parlerai pas de l'Assemblée Nationale...