Comme quoi c'est vraiment partout...

Je lisais tranquillement mon journal économique (Alternatives Economiques) quand mon regard fut attiré par la phrase suivante :

"Comme la femme de César, la statistique publique ne doit pas être soupçonnée si elle veut jouer son rôle et servir d'arbitre impartial".

Rien que ça, M. Clerc !

J'avais beau avoir ma p'tite idée là-dessus, je suis allée vérifier l'histoire de la femme de César, Pompéïa.

"Pompéïa est très surveillée par César et ses amis, mais elle n'est pas insensible aux charmes de Publius Clodius, un jeune homme amoureux d'elle. Pour se rencontrer, les deux tourtereaux profitent d'un culte exclusivement réservée à la gente féminine ; Publius Clodius s'est déguisé en femme et tente ainsi d'approcher Pompéïa. Avant qu'il ne se soit passé quoi que ce soit de répréhensible, Publius Clodius est démasqué et obligé de fuir. Le procès qui s'ensuit va voir l'acquittement de Publius Clodius, soutenu par le peuple romain. César obtient toutefois la répudiation de Pompéïa, estimant que le simple soupçon est indigne de son épouse". (source : vdaucourt)

Moi, je suis bien d'accord, la statistique publique doit être au-dessus de tout soupçon. Mais euh... cette comparaison ??